A DECOUVRIR

Dans et autour du marais poitevin, il est des lieux, des histoires, des hommes à découvrir.

René Caillié

Natif de Mauzé sur le Mignon en 1799, très vite orphelin, il fut mis en apprentrissage à Mauzé chez un cordonnier. Mais ses rêves étaient en Afrique.

Après un voyage infructueux, il s'installa d'abord quelques temps dans une tribu maure, au Sénégal, où il apprit leur langue. Puis il partit à pied. Au bout de quatre mois, atteint du scorbut, très malade, il est à Timé. Ses os du palais sont dépouillés et tombent... Il arrive à survivre et au bout de 5 mois, il repart. Il lui faudra encore 3 mois à pied pour arriver à Tombouctou, être le premier européen à entrer dans cette ville. Il n'y reste que quatorze jours et se met en tête de se joindre à une caravane. La traversée du désert est épouvantable; il est chassé par les membres de la caravane, assoiffé, mal nourri, il arrive enfin à Tanger...

Rentré en France, il sera invité à diner par Louis Philippe, mais aussitôt le gouvernement décida de lui retirer sa pension... Il se retira à la campagne et mourut en 1838 pauvre et privé de sa gloire...

Voies romaines

Une voie romaine traverse le marais. Elle part de Saintes et passant par Prissé la Charrière, Usseau, Epannes elle rejoint Coulon. Durant la sécheresse de 1976, un char d'apparat romain fut découvert dans la vase exceptionnellement découverte, près de l'emplacement d'un gué romain.

André GUILLON constructeur d'avions

Un Niortais vice-roi de Buenos Aires

En  fait il s’agit de Jacques de LINIERS, né à NIORT (79) en 1753. Marin, noble officier, il fut comme les autres pourchassé en France par la révolution. Il émigra comme beaucoup puis se mit au service de la marine espagnole où il devint chef d’escadre.

Avec sa troupe il commanda deux fois la défense de BUENOS AIRES en Argentine contre les attaques anglaises et par deux fois il sauva la ville. Très populaire sur place, il fut nommé Vice-Roi de BUENOS AIRES, mais en 1910 les argentins lui reprochèrent d’être resté fidèle à l’Espagne et le fusillèrent.

Un monument fut élevé à NIORT (79) en 1910.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×